Please enable JS

Petit-électroménager connecté : la ruée vers la cuisine

22 août 2019

Robots culinaires intelligents, cafetières contrôlables via une application, balances connectées, etc. : la cuisine est le lieu de toutes les innovations. Le point sur un marché en plein boom.

Doucement mais sûrement, la cuisine du futur commence à prendre forme. À l’instar de la voiture du futur, cette pièce à vivre familiale et conviviale est un thème récurrent sur les salons professionnels comme lors des événements grands publics (dont le dernier IFA de Berlin ou la Foire de Paris, voir encadré) où le high-tech est de plus en plus présent.


Toujours plus de nouveautés

Apparus très récemment en magasins, à partir des années 2015-2016, les appareils que l’on qualifie de connectés sont porteurs d’une forme d’intelligence réelle. Pouvant se piloter à distance, imaginer des recettes, interagir entre eux, faciliter le quotidien, voire faire réaliser des économies d’énergie, ils sont devenus les super stars des fabricants d’électroménager, qui sont désormais nombreux à développer leur offre. « Aujourd’hui le connecté est un vrai moteur de croissance sur le marché de l’électroménager. Pour le PEM, ce segment connecté représente 3 % du marché en valeur. C’est énorme car on parle de 48 millions de produits vendus par an avec + 50 % de croissance en 2018 (données : Gfk 2018)», détaille Damien Chicaud, directeur statistiques et études au Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils pour la maison (Gifam). Un engouement confirmé par les fabricants : « Le marché du PEM culinaire connecté est une réelle tendance. D’abord un peu gadget, il a ensuite été rapidement intégré à des appareils hautement valorisés (les robots culinaires chauffants, par exemple) et au service d’un usage réel du consommateur. Les perspectives de développement sont totalement intégrées dans cette dynamique : de plus en plus de services, de compréhension et d’anticipation des besoins. Sur les cafetières, la connectivité est encore relativement simple dans sa mise en œuvre mais promet de belles possibilités », reconnaît Xavier Frappier, chef de produit machine Nescafé Dolce Gusto & du partenariat Seb.


Un café sur-mesure 

Justement, parmi les produits phares de ce nouveau marché, la machine à café connectée séduit de plus en plus de consommateurs. « C’est un marché en plein développement sur lequel nous sommes leader avec 65 % des parts de marché, détaille Alexis Figini, brand manager de la marque De’Longhi. Depuis les 4 premiers mois de l’année 2019, nos parts de marché ont bondi de 60 % en volume et en valeur : c’est une véritable tendance de consommation. » De l’entrée de gamme au haut de gamme, l’offre se développe pour un consommateur en attente d’une expérience café exclusive. « Comme l’amateur de vin cherche à interagir avec l’artisan qui le façonne, nos machines mettent l’accent sur le café en grain, son origine, son arôme, son terroir. On est très loin de la capsule », souligne Alexis Figini. De fait, le top du moment, le nouvel expresso Maestosa de De’Longhi (prix boutique : 2 499 €) est connecté et possède un double broyeur. Un robot résolument haut de gamme, également vitrine technologique, muni de deux bacs à grain disposant chacun de leur propre moulin afin d’éviter tout mélange d’arômes. Les possibilités de préparation de boissons sont quasiment infinies puisque la machine propose 31 recettes toutes personnalisables. Quant à sa carafe à lait, elle permet de préparer deux boissons lactées simultanément. Le must : place à un grand écran tactile en couleur pour les réglages qui peuvent également s’effectuer sur un smartphone via l’application dédiée baptisée Coffee Link. Cette dernière fournit en outre des conseils de maintenance et d’entretien

Un engouement également partagé par la marque Jura. « Le consommateur accorde une place de plus en plus importante au café, notamment une clientèle jeune et connectée, confirme Aurélie Degand,sales promotion manager chez Jura France. En 3 ans, nos machines connectables ont beaucoup évolué et promettent un bel avenir. » Et pour offrir une dégustation parfaite, la société a mis au point Jura Operating Experience (J.O.E), une solution de pointe pour commander chaque machine à café depuis son smartphone ou sa tablette. Si certaines machines sont déjà vendues équipées du système smart connect, celui-ci (telle une clé USB) peut aussi être ajouté à une machine récente de la marque et coûte 39 €. Certains revendeurs l’offrent même en cadeau au client. « Bien entendu, toutes les machines ne proposent pas les mêmes options, mais le panier moyen oscille entre 1 000 et 1 500 € : il a beaucoup évolué », confie Aurélie Degand.

 

Machine à expresso connectée à double broyeur haut de gamme, Maestosa de De’Longhi Prix public : 2 499 €

De connecté à communauté 

Et pour toutes ces nouveautés, si l’innovation est séduisante, il faut bien distinguer les bénéfices réels pour que le client s’en empare. « Le consommateur d’aujourd’hui veut qu’on lui simplifie certaines étapes contraignantes, qu’il puisse gagner du temps pour le dédier davantage à son travail ou ses loisirs, explique Xavier Frappier (groupe Seb). La gestion à distance (déclencher/éteindre), ainsi que la programmation sont les fonctions de base déjà intégrées dans la plupart des cas. Un autre point clé est la personnalisation/individualisation de la préparation (programmation du dosage/température de l’eau…) : il s’agit de rendre chaque expérience unique. La tendance va être à l’automatisation de ces “réflexes machines” via des appareils qui apprennent et anticipent. » Dans le cas des machines à café, les avantages sont multiples : du mode d’emploi à visionner sur YouTube, à l’entretien simplifié grâce à une puce qui signale par exemple quand la cartouche filtrante est épuisée, quand le réservoir d’eau est vide ou lorsqu’il faut nettoyer le système du lait, tout est visible sur l’écran couleur de la machine ou nous est rappelé sur notre smartphone via l’application. « Le connecté a cette capacité de prolonger la durée de vie d’un produit et d’apporter l’inspiration car souvent, le fait d’installer une application amène à découvrir une communauté, souligne Damien Chicaud. C’est surtout vrai pour les robots culinaires qui ont des recettes intégrées mais amènent aussi des idées via les communautés qui se créent sur les réseaux sociaux (Facebook en tête) et échangent sur l’utilisation d’un appareil, leurs recettes… Ce genre de machine devient le pilier de cuisine au quotidien. » Un développement qui fait écho aux préoccupations des Français dont les top recherches sur Google tournent en grande partie autour des recettes. Parmi les plus recherchées dans les requêtes en 2018 figurent dans l’ordre : filet mignon, bœuf bourguignon, hachis parmentier, rougail saucisse, potimarron facile, starlette cake, osso bucco, panna cotta ou encore lasagnes bolognaises. Tout ce qu’un robot connecté permet de préparer sans le rater !


Se reconnecter au bien manger 

De fait, en cuisine, s’il y a bien des appareils qui ont révolutionné le quotidien de nombreux foyers, ce sont les robots culinaires, qui connaissent des croissances impressionnantes. Ainsi, ceux-ci font partie des catégories stars du petit électroménager. Ces appareils qui cuisent, coupent, mixent, et font presque tout à notre place affichaient une hausse de 10 % en valeur en 2017 pour atteindre, avec les dernières versions connectées fin août 2018, + 13 % (Source : Gfk 2018). Un boulevard s’ouvre donc aux marques qui lancent toutes leur modèle. Pionnier, l’indétrônable Thermomix de Vorwerk a été rejoint par Magimix, Kenwood ou Moulinex. Ce dernier en aurait d’ailleurs vendu plus de 200 000 depuis le lancement de son premier modèle. Et les prix de ces nouvelles machines connectées ne sont pas un frein. Vendus entre 800 et 1 200 € en moyenne, celles-ci sont plébiscités car surfant sur la tendance du “manger sain”. Ainsi, lors de son événement “connect day“ d’octobre 2018, le groupe Seb se lançait pour défi d’aider les Français à mieux manger, de manière plus saine et équilibrée. Pour comprendre les attentes des  consommateurs, le fabricant a commandé une enquête auprès de BVA et suivi des familles équipées d’appareils de préparation culinaire connectés. Il en ressort que pour 9 Français sur 10 « cuisiner des plats sains et équilibrés » et « partager des repas en famille ou entre amis » font partie des activités qui contribuent le plus au bien-être. Même si 65 % des participants déclarent en parallèle « manquer de temps » et qu’en moyenne celui alloué à la préparation d’un repas est de 18 minutes et que « le dernier frein à la cuisine maison peut être l’inspiration ». Les robots culinaires connectés arrivent donc à point nommé pour donner un coup de pouce et changer les habitudes alimentaires !


-

L'IA fait recette à la Foire de Paris

Le PEM connecté était l’une des vedettes de la dernière édition qui s’est déroulée du 27 avril au 8 mai derniers. 

Le Grand prix de l’innovation de la Foire de Paris, qui récompense chaque année le meilleur de l’électroménager et de l’Habitat 2.0, a mis à l’honneur des appareils intuitifs et économiques. Aux côtés du gros électroménager, les coups de cœur du jury se sont portés vers des appareils healthy tels que le Home Potager (photo), un potager vertical connecté (grâce à une application), sans terre, capable de produire jusqu’à 100 kilos de fruits et légumes par an dans une cuisine. Enfin, grande première, le Gifam a remis son prix de la consommation responsable au Grand prix de l’innovation et récompensé le robot broyeur de café Maestosa de De’Longhi (voir plus haut).

-




Partager cet article