Please enable JS

Jean Dubost mise sur le vert

08 août 2019

Le coutelier de Viscomtat fait rimer coutellerie et innovation, avec des paris audacieux et soucieux de l’environnement en termes de conception produits.

Un nouvel art de vivre à la française alliant performance et développement durable : telle est la proposition que la coutellerie Jean Dubost s’attache à développer depuis quelques années. L’entreprise familiale basée à Viscomtat (Puy-de-Dôme) s’était notamment distinguée en la matière il y a quelques mois avec le lancement de Natura, une collection de petite coutellerie. Cette ligne d’articles de table Laguiole se caractérise en effet par ses manches ine?dits en bioplastique d’origine végétale a? base d’amidon de maïs. Jean Dubost a d’ailleurs reçu le Scarlet opus award lors de l’édition 2018 du salon londonien Exclusively housewares pour cette gamme vendue en coffret de carton recyclé et imprimé à base d’encres végétales naturelles. Dans le même esprit, Jean Dubost commercialise Paper Line, composée de planches à de?couper e?labore?es en papier recycle? et re?sine naturelle. Le fabricant poursuit sur sa lancée avec la commercialisation de la nouvelle – et remarquée – collection Line. Celle-ci est pour l’heure composée d’un couteau d’office, d’un couteau à steak et d’un éplucheur. Elle s’agrandira prochainement avec une ligne de grands couteaux de cuisine. Dans le même esprit que Natura, elle arbore un manche en bioplastique à base d’amidon de maïs, compostable et biodégradable, et d’une lame en acier inoxydable, donc recyclable. « C’est une collection premium qui se distingue aussi par la qualité de la lame, aussi bien en termes de coupe que d’épaisseur, souligne Alexandre Dubost, dirigeant de la coutellerie familiale Jean Dubost (4e génération). Les premiers critères qui ont présidé à sa conception sont la longévité et l’utilité du produit. »

260 000 € investis dans l’outil industriel 

Pour réussir ce pari industriel, l’entreprise a investi de façon conséquente dans le matériau, la production et la R&D, en s’équipant notamment de machines pour la réalisation de ces produits (60 000 € pour l’équipement nécessaire à la production de la collection Line : moules + injection du bioplastique, une matière complexe à produire et à travailler). Un projet de couverts dotés de manches en bioplastique est d’ailleurs actuellement à l’étude, pour un développement dès le 2e semestre 2019. 

Jean Dubost a également procédé à « un investissement de 200 000 € dans de nouvelles machines pour l’injection plastique pour la grande coutellerie et optimiser la fabrication ainsi que la précision afin d’accroître la qualité et produire des grands couteaux de cuisine, détaille Alexandre Dubost. Nous menons un important programme de fabrication pour répondre à la demande de nos clients français et étrangers, qu’ils soient détaillants, chaînes ou grands magasins.» Avec pour résultat, une synergie entre un travail de la lame et la fabrication du manche industriels d’une part, un assemblage traditionnel d’autre part. Pour rappel, ces 5 dernières  années, le coutelier auvergnat a multiplié par 2 sa production, passant de 100 000 à 200 000 pièces (couteaux et couverts) par semaine. Autre lancement récent qui incarne la démarche écoresponsable de Jean Dubost, la gamme 1920 revisitée avec un manche chêne PEFC : sa forme est la même que celle du modèle créé il y a un siècle mais elle arbore des manches en bois de chêne certifié PEFC (gestion durable des fore?ts), numérotés afin de déterminer l’origine le bois. En 2009, l’entreprise a en effet reçu la certification PEFC. Cette sensibilité aux problématiques environnementales est renforcée par l’implantation de l’entreprise, dans un espace naturel privilégié au cœur des montagnes du Forez. « Cette volonté de montrer que la coutellerie pouvait aussi utiliser du bois issu de forêts gérées durablement est une valeur ajoutée morale pour notre entreprise », estime Alexandre Dubost. Dans la même veine, Le Poche, couteau pliant avec un mécanisme avec ressort et sans virole récemment introduit sur le marché, est décliné dans une version en manche en chêne PEFC, et le sera prochainement en version bioplastique. Une ligne de couverts de table Laguiole manche en che?ne certifie? PEFC est également lancée cette année.


Partager cet article